Skip to content

Qu’est-ce qu’ils ont fait au bon Dieu pour mériter 10 millions d’entrées?

25/07/2014

474265.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Comme plus de 10 millions de français, je suis allé récemment au cinéma voir Mais qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu? Je voulais comprendre le phénomène du succès de ce film qui évoque le sujet de mes études et de mes recherches doctorales: les couples interculturels. Pourquoi un film, ce film en particulier, a-t-il connu un tel succès ?

Ce n’est pas la première fois que le cinéma met en scène les différences culturelles au sein des couples: West Side Story, Devine qui vient dîner, Jungle Fever, Mariage à la Grecque, Rien à déclarer… C’est souvent par la comédie que les mariages interculturels sont mis en scène au cinéma.

Le réalisateur du film, Philippe de Chauveron, paraissait avoir l’expérience idéale pour faire un tel film. Lui, venant d’une famille bourgeoise catholique, a vécu avec une femme africaine tandis que son frère a été marié à une femme d’origine maghrébine. Ce serait en découvrant que les français étaient champions du mariage mixte que lui serait venue l’idée d’en faire un film et de mettre en scène une famille catholique obligée d’accepter quatre mariages mixtes à la suite les uns des autres.

Il y avait beaucoup de rires dans la salle lors de la projection du film. Certains, dont des couples interculturels, riaient aux larmes. Le Président de la République aurait déclaré que ce « …film est une bonne nouvelle, la preuve que la France peut rire d’elle-même, de ses travers et qu’elle est capable de se rassembler autour d’un rire de tolérance… » (Paris Match, 28Mai-4Juin 2014, p.70) En effet, la majorité des personnes présentes dans la salle riait tout au long du film. Mais riait-on tous pour les mêmes raisons ? C’est peut-être ce qui m’a quelque peu dérangé dans ce film construit sur des clichés. On rit de tout et de tous alors qu’il y a, en réalité, toujours beaucoup de douleurs exprimées ou non, au sein des couples mixtes et de leur famille d’origine. Les mariages interculturels ne sont pas si simples. Ils sont rarement si drôles. Si cette comédie peut sensibiliser le grand public aux joies et difficultés des couples mixtes, elle les dépeint au niveau des clichés de leur problématique.

 

Il y a cependant des points positifs dans ce film :

– Ce film a le mérite de montrer les couples interculturels dans leur grande diversité : il y a des couples « mixtes » par leur religion ; des couples « mixtes » par leur pays d’origine (enfants d’immigrés qui ont la nationalité française) ou par leur nationalité. La mixité est une notion difficile à évaluer (voir Vrai/Faux cliché numéro 1) et le mot « mixte » en France fait encore allusion, dans l’esprit de certains, à une différence qui ne serait que religieuse. Je préfère le terme « interculturel » qui est plus général mais décrit mieux la réalité de ces conjugalités multiples et diverses en France aujourd’hui.

– Ce film souligne aussi la difficulté de ces français , enfants d’immigrés, à être acceptés dans la société par des français, qui eux, seraient « de souche ». Dans le film il a fallu que les gendres chantent la Marseillaise avec conviction pour que le regard de Monsieur Verneuil change quelque peu. Il s’exclamera face à cette preuve de patriotisme de ses gendres: « Vous m’avez donné le frisson ».

– Avec le mariage de la quatrième fille de la famille Verneuil, le réalisateur Philippe de Chauveron offre un autre regard sur le racisme. La prophétie du gendre d’origine chinoise s’avère alors vraie : on est tous un peu racistes, on a tous des préjugés. C’est avec stupéfaction que Monsieur Verneuil découvre que le père de son gendre d’origine africaine était également contre le mariage : « les français sont mauvais et bêtes. » La réalité est bien là : nous avons tous des préjugés plus ou moins forts sur certaines personnes.

– Ce film a également mis en évidence, m^eme discrètement, que « la ville » est le lieu de rencontres par excellence des couples mixtes. Dans le film, les quatre filles Verneuil ont quitté la vallée de la Loire pour aller étudier à Paris… et c’est dans la capitale qu’elles ont rencontré leurs futurs maris. Comme je l’avais évoqué dans un post précédent (vrai/faux cliché numéro 4), la ville est le lieu de rencontre par excellence des couples interculturels.

– Les mariages entre personnes de couleurs de peau différentes seraient-ils finalement plus difficiles à accepter que les autres ? C’est ce que certains sociologues américains affirment. Si le mariage entre leur dernière fille et un homme d’origine ivoirienne « ne passe pas » pour les parents Verneuil, le film suggère que ce serait simplement la succession des gendres « différents » et des attentes des parents qui les mèneraient à la dépression et à la limite du divorce. Pourtant, c’est bien lorsque leur quatrième fille veut épouser une personne d’origine africaine que l’équilibre de la famille est prêt à basculer, même si elle est catholique.

 

Le film montre néanmoins des limites :

– L’histoire commence par trois mariages mixtes qui ont déjà eu lieu. On se trouve dans la salle des mariages de la mairie lorsque l’une des filles se marie avec un avocat musulman, l’autre avec un homme d’affaires de confession israélite et la troisième avec un banquier d’origine chinoise dont la religion ne sera pas réellement évoquée. Quelles ont été les difficultés rencontrées pour en arriver à la cérémonie de mariage ? Rien n’est montré. Si l’on peut deviner les résistances de la famille Verneuil, quelles ont été celles des familles des époux ? Il n’y a rien malheureusement à ce sujet. Or, des études ont bien mis en valeur dans leurs recherches que pour toute famille, l’acceptation des mariages mixtes est complexe, d’un côté comme de l’autre. Les mariages entre personnes de religions différentes ne sont certainement pas plus simples que des mariages entre personnes de nationalités différentes. J’avais évoqué certaines problématiques des mariages interreligieux dans ce post sous la rubrique « religion ».

– Les parents Verneuil sont catholiques pratiquants mais le film n’évoque pas clairement la pratique religieuse de leurs filles. Il montre plutôt une forme de soumission à la religion de leur mari. Si certaines des quatre filles de la famille Verneuil étaient catholiques pratiquantes, leur mariage aurait-il été aussi « simple » ? Quelles auraient été les tensions au sein du couple ? Ces mariages auraient-ils eu lieu ?

– A part la circoncision d’un des petits-fils de la famille qu’en est-il de l’éducation religieuse des enfants au sein des couples mixtes? Ce sujet est pourtant un point très sensible à la fois pour les communautés religieuses et pour les familles des couples mixtes. Le film met en scène des personnes et des couples qui ont, au mieux, une pratique culturelle de leur religion ou parfois même aucune pratique de celle-ci. Finalement, la tolérance qui est suggérée dans le film, doit-elle être irréligieuse ?

– Si la question de l’identité est évoquée lors de la scène de la Marseillaise chantée par les gendres, qu’en est-il de l’identité des enfants de ces couples? Le film suggère seulement un métissage.

Le succès de ce film est que, finalement, tout le monde peut s’y retrouver car tout le monde est critiqué : la bourgeoisie catholique de province, les familles africaines, les gendres et les filles, les religions. On peut alors s’identifier ou identifier quelqu’un de sa propre famille avec un des personnages du film… et en rire. Le problème est, que l’on soit raciste ou tolérant, nous pouvons tous en rire et rire de tous et de tout. La tolérance prônée dans le film est un beau message qui reste finalement un peu superficiel à la lumière des difficultés et de la douleur vécue au sein des couples mixtes. « Ce n’est pas si simple » me disait un couple interculturel dernièrement. Toutefois, la tolérance est peut-être un message qui reste bon à entendre ou à rappeler en 2014 dans notre pays.

MAINTENANT…

Qu’avez-vous pensé du film?  C’est à vous dans les commentaires…

twitter-icone-5603-128Pour me suivre sur Twitter: INTERCOUPLECULT

 

Publicités
No comments yet

Répondre / answer

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :